claire_geometrie_2014.jpgclaire_geometrie_900px.jpgiroko_vignette.jpgla_tete_a_l_envers_2014.jpgle_secret_2014.jpgpaysage_d_ete_900_px.jpgpaysage_ete_2014.jpgrose_800_px.jpgrouge_et_ombre_2014.jpgrouge_et_ombres_60x97_cm_900_px.jpgtout_est_fete_2014.jpgtout_est_fete_900px.jpg

Claire géométrie, par Floriande CHEREL

“Claires géométries” :

Pour voir les esquisses, suivez ce lien

 

Ce vin ne nous a pas amené dans des songes frais et ombragés, pas de mystère ni d’alchimie. Nous avons évoqué la pierre, le minéral, des paysages arides et inondés de soleil, de chaleur. Ce vin était dores et déjà “doré” dans sa lumière, mais il était plus ”intellectuel” et plus difficile à saisir.

J’imaginais un jeu très abstrait de lignes brisées, comme des vagues horizontales se brisant à l’infini, mais il fallait que l’homme y trouve sa place, et que nous puissions philosopher en regardant le tableau comme nous le faisions en dégustant nos verres. Quel était le pourquoi de ces images libérées?.

La géométrie est ce qui m’est resté pour le décrire.

L’image du Modulor de Le Corbusier s’est alors imposée d’elle même, pour illustrer un vin mesuré, équilibré, géométrique et abstrait, mais minéral aussi; où l’on peut en somme puiser une certaine philosophie.